Merci à Jean-Jacques Camarra
(Format imprimable)

Catégorie Le Fiep aujourd´hui ! - Sujet: Actualité

 

Jean-Jacques Camarra (à droite) avec Gérard Caussimont, autour d'une couche d'ours. 

Merci à Jean-Jacques Camarra, responsable et animateur du Réseau Ours brun pour l’ONCFS depuis 1984  qui vient de prendre sa retraite.



Merci à Jean-Jacques Camarra

Jean-Jacques Camarra, responsable et animateur du Réseau Ours brun pour l’ONCFS depuis 1984 vient de prendre sa retraite.

Jean-Jacques est un chercheur naturaliste sur l’ours brun mais aussi un protecteur de l’ours. Depuis, 1978 jusqu’à 2019, ces deux motivations ont animé sa carrière professionnelle et tout simplement sa trajectoire personnelle.

A une époque où dans l’administration beaucoup se soucient surtout de leur carrière, comment ne pas donner sa juste valeur à l’engagement sincère et à la dimension humaine de Jean-Jacques et à son accompagnement de nos associations de protection de la nature pendant une bonne quarantaine d’années !

En 1976, le FIEP obtint que le naturaliste Jean-Jacques Camarra soit embauché grâce à une convention entre l’Office National de la Chasse (ONC) et la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN). Ce travail d’étude, réalisé par JJ. Camarra et dirigé par C. Dendaletche, constitue le point de départ du suivi et de la recherche sur l’ours dans les Pyrénées.

Jean-Jacques Camarra a mis en place de nombreuses techniques adaptées aux Pyrénées : itinéraires de suivi, opérations de dénombrement printanier, appâts, revoirs, techniques d’identification des empreintes, cartographie de l’aire de répartition, de l’utilisation saisonnière des habitats par l’ours, estimation des effectifs, de la reproduction etc.

Tout cela semble bien simple et bien rodé aujourd’hui, mais pendant longtemps on ne disposait pas d’analyses génétiques, de pièges photos, de colliers émetteurs, etc.

Il fallait inventer, expérimenter, se tromper, re essayer autre chose et tout cela sans se décourager, en crapahutant en montagne, en sensibilisant le public et en surfant au milieu des conflits homme/ours.

Car cela aussi est l’un des aspects qui ont marqué la carrière de Jean-Jacques : il s’est trouvé mêlé à divers conflits et incidents liés au feuilleton des conflits politico-médiatiques autour de l’ours brun (1984, 1990 à 1993, IPHB, mort de Cannelle, renforcements manqués, etc.).

Je ne pourrai terminer mon hommage et mes remerciements à Jean-Jacques, sans déplorer qu’à la fin de sa carrière, l’ONCFS et l’Etat n’aient pas su valoriser son engagement et son expérience pour la transmission aux nouveaux arrivants plus jeunes.

Heureusement, Jean-Jacques aura vécu une très grande satisfaction récompensant toutes ses années de travail : le retour de deux ourses en 2018 dans les Pyrénées occidentales (songez que les 2 dernières ont disparu de la main de l’homme en 1994 et 2004 !).

Merci Jean-Jacques pour toutes ces années de travail en commun parmi nous, en faveur de l’ours brun, de ses habitats pyrénéens, et de la cohabitation avec l’homme.

 

Gérard Caussimont*

*Naturaliste, membre du réseau ours brun depuis sa création et président du FIEP- Groupe ours Pyrénées.



le 19/12/2019 - 14:47:20
Ce texte provient de Fiep-ours.com (http://www.fiep-ours.com)



L'URL de ce texte est: http://www.fiep-ours.com/lecture.php?op=lecture&sid=547